Pupilles de la Nation: Question à Kader ARIF

J’ai attiré l’attention de Kader ARIF, ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants sur le cadre juridique de l’indemnisation des pupilles de la Nation et des orphelins de guerre.

Vous trouverez ci-dessous le texte de ma question écrite, ainsi que la réponse du Ministre.

Texte de la question:

Mme Christine Pires Beaune attire l’attention de M. le ministre de la défense sur le cadre juridique de l’indemnisation des pupilles de la Nation et des orphelins de guerre. En effet, les décrets n° 2000-657 et n° 2004-751 ouvrent droit à réparation aux orphelins de parents victimes de persécutions antisémites et de parents morts en déportation, fusillés ou massacrés pour actes de résistance durant la Seconde Guerre mondiale, excluant de fait les autres catégories de pupilles de la Nation orphelins de guerre. La commission installée en 2009 et dirigée par le préfet Audouin avait rédigé un projet de décret qui serait actuellement en phase d’approbation. Elle lui demande donc si ce projet de décret sera prochainement adopté et souhaite qu’il précise les mesures que le Gouvernement compte mettre en oeuvre en faveur d’une meilleure indemnisation des pupilles de la Nation orphelins de guerre de tous les conflits, sans distinction.

Texte de la réponse:

Très attaché au devoir de mémoire, le ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants est particulièrement attentif au dossier des orphelins de guerre. Il assure l’honorable parlementaire de sa compréhension pour la souffrance et les peines endurées par celles et ceux que la guerre a privés de leurs parents. Il mesure leur incompréhension depuis que deux décrets, l’un en 2000, et l’autre en 2004, ont posé les termes d’une indemnisation. Le ministre connaît leurs attentes. Cependant, il lui apparaît nécessaire de rappeler les étapes qui ont prévalu à l’instauration de cette indemnisation. Le décret n° 2000-657 du 13 juillet 2000 a accordé une indemnisation aux orphelins de victimes de persécutions antisémites. Cette décision traduit la situation tragique de ces orphelins dont les parents avaient été déportés et qui, en outre, devaient se cacher pour ne pas être eux-mêmes déportés. Le décret n° 2004-751 du 27 juillet 2004 complète le dispositif en indemnisant les orphelinns des déportés résistants ainsi que les orphelins de résistants et de combattants dont les parents avaient été tués dans le cadre d’actes liés à la barbarie nazie. Le dispositif d’indemnisation doit rester fidèle à sa justification fondamentale qui est de consacrer solennellement le souvenir des victimes de la barbarie nazie, à travers leurs enfants mineurs au moment des faits. Toute rupture avec cette spécificité ouvrirait un champ d’extension illimité. C’est pourquoi, il a été décidé de maintenir la spécificité afin de ne pas porter atteinte à la cohérence des deux décrets. Toutefois, ils seront mis en oeuvre de façon éclairée.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook

Exprimez vous!