Délégation aux collectivités territoriales : audition du ministre délégué aux transports – 19/11/2020

Mme Christine Pires Beaune. La date de livraison des rames de la ligne de train d’équilibre du territoire Paris-Clermont, prévue au dernier trimestre 2023 ou au premier trimestre 2024 reste-t-elle valable ? Le montant de la remise à niveau des infrastructures était estimé à 800 millions d’euros, mais il manquait 170 millions d’euros, qui devaient être apportés par le plan de relance. Ces 800 millions sont-ils sécurisés ?

Lors de votre venue récente dans le Puy-de-Dôme, vous avez évoqué la création d’un groupe de travail consacré à la modernisation. Pourriez-vous nous fournir des précisions sur le calendrier de ce groupe de travail et sur celui du comité de suivi 2023, que vous avez installé lors de votre visite ?

Enfin, les études relatives à la LGV – qu’à titre personnel, je n’appelle pas de mes vœux, pour des raisons financières et environnementales – se poursuivent-elles ou sont-elles arrêtées ?

M. Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des transports. La liaison Paris-Clermont représente un enjeu comparable à celui de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse. Le délai de livraison des douze rames est confirmé pour la fin du troisième trimestre 2023. J’ai visité l’usine CAF de Bagnères-de-Bigorre qui va construire les 28 rames des deux lignes concernées. Le calendrier industriel est respecté et le rythme de production est peu touché par la crise. Nous avons prévu les investissements nécessaires au raccordement de l’usine de CAF à Tarbes par voie ferroviaire, la voie de fret étant impraticable pour des raisons de sécurité. Je confirme également le volume de 800 millions d’euros pour la régénération de la voie, sachant que l’État en finance les deux tiers, comme je l’ai annoncé à l’occasion de ma venue.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook