Question écrite et réponse sur la diminution des moyens alloués à l’ICEM

Texte de la question

Mme Christine Pires Beaune attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports au sujet des mouvements coopératifs agréés comme l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM) qui n’ont cessé de mettre au point des outils actuellement diffusés par voie numérique à l’attention des élèves et des enseignants de la maternelle au second degré à un moment où de nombreux établissements scolaires sont fermés, nécessitant d’encourager le travail individualisé. Ces outils, ces revues préparées par les enfants, ces fichiers de travail individualisés, qui font l’originalité des éditions de l’ICEM, sont unanimement reconnus et diffusés dans de très nombreuses classes. Ils permettent aux élèves de travailler en totale autonomie et de suivre un plan de travail individualisé. Ces ressources, dont certaines sont en ligne, sont intégralement conçues, préparées et testées dans les classes par les enseignants et les élèves eux-mêmes, ce qui en fait l’originalité et l’efficacité. Cette production d’idées, de pratiques, d’outils pour la classe et pour les enseignants est le fruit du travail des enseignants de ces associations qui ne ménagent pas leur temps : un temps bénévole pour beaucoup mais solidement coordonné, animé, organisé par des enseignants mis à disposition par l’éducation nationale mais dont les effectifs sont actuellement faibles par rapport à l’investissement fourni. Or le Gouvernement a décidé d’abaisser la subvention allouée chaque année à l’ICEM de 30 %. Cela menace le bon fonctionnement de cette fédération d’associations et le maintien de plusieurs emplois salariés (4,5 équivalents temps plein). Aussi, elle lui demande de bien vouloir préciser si le Gouvernement entend revenir sur cette diminution de moyens.

Texte de la réponse

Le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports (MENJS) engage annuellement un soutien financier de l’ordre de 60 M€ au bénéfice des associations dont l’objet est complémentaire de ses missions d’éducation. Parmi ces associations bénéficiaires de subventions, on compte un nombre important d’associations affiliées au mouvement pédagogique, soit sous forme de convention pluriannuelle d’objectifs ou CPO (la Ligue de l’enseignement, les Céméa, l’OCCE…) soit par subvention annuelle, comme c’est le cas pour l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM). La loi de finances 2020 a conduit à une baisse des crédits de son action 6 relative aux actions éducatives complémentaires aux enseignements sur le programme 230, hors titre 2. Une partie importante de cette baisse a été supportée par les grandes associations partenaires de l’école qui bénéficient d’une CPO. Il a été également reporté sur les associations subventionnées annuellement une petite partie de cette baisse de crédits. Pour chaque association, l’analyse a porté sur la cohérence entre les montants alloués et les actions présentées à l’appui de la demande de subvention. Depuis plusieurs années il a été mis fin aux détachements de personnels de l’éducation nationale au bénéfice des associations partenaires de l’école en application de l’article 42 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 modifiée qui permet à un agent de l’État d’être mis à disposition d’une association mais soumet celle-ci à une obligation de remboursement. Les subventions du MENJS n’ont pas vocation aujourd’hui à financer directement le fonctionnement des associations, mais leurs actions complémentaires en faveur des élèves. Une grille permet aux associations d’inscrire leurs actions parmi les trois ambitions du MENJS (ambition pédagogique : la réussite scolaire de tous, ambition républicaine : le développement du parcours citoyen, ambition d’alliances éducatives : la formation et l’accompagnement). Ainsi les actions portées par les associations affiliées au mouvement pédagogique représentent une part élevée de ces subventions, en particulier pour celles qui bénéficient d’une CPO. L’action « innovation pédagogique » fait également partie des cinq actions qui bénéficient du plus important montant de subventions annuelles (avec les actions orientation/décrochage, lecture, éducation artistique et culturelle, éducation à la citoyenneté). L’ICEM est implanté et reconnu depuis très longtemps et le dialogue avec les académies est globalement satisfaisant. La pédagogie Freinet, notamment son insistance sur l’importance de la coopération et la communication, s’est diffusée depuis des années dans les pratiques pédagogiques. Le soutien du MENJS, à hauteur de 140 000 €, a été attribué après une analyse détaillée de sa demande par le bureau de l’innovation pédagogique. Le montant de la subvention accordée en 2020 place l’ICEM parmi les associations ayant bénéficié d’un soutien financier élevé et compte tenu du contexte de baisse générale de l’enveloppe dont disposait le MENJS, cette subvention met en lumière l’attention qui est portée aux travaux de cette association.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook