Proposition de loi d’André Chassaigne et Huguette Bello, visant à assurer la revalorisation des pensions de retraite agricoles en France continentale et dans les outre-mer : mon explication de vote le 18/06/2020


Mme la présidente. La parole est à Mme Christine Pires Beaune.

Mme Christine Pires Beaune. Je remercie notre collègue et ami André Chassaigne pour sa persévérance, car, depuis des années, j’ai pu mesurer la sincérité de son engagement aux côtés, en particulier, de Germinal Peiro qui, lui non plus, n’a pas ménagé sa peine.

On l’a rappelé, c’est toujours la gauche qui a fait progresser le dossier des retraites agricoles, d’abord en 2000 avec Lionel Jospin, en 2013 avec Marisol Touraine et aujourd’hui, donc, avec André Chassaigne.

Je vous ferai également remarquer que, sous le précédent quinquennat, ce sont – écoutez bien ce chiffre – 900 millions d’euros par an qui ont été consacrés à la revalorisation des retraites agricoles. Pour ceux qui en douteraient, je renvoie au Journal officiel du 2 décembre 2016, page 18474 : quelque 670 000 exploitants retraités étaient concernés.

Il s’agit, avez-vous dit, monsieur le secrétaire d’État, d’une question de justice sociale. Vous avez entièrement raison. Dès lors, pourquoi avoir attendu trois ans avant que nous ne nous retrouvions pour examiner cette proposition de loi ? Pire, pourquoi vouloir en retarder l’application à 2022, alors que le texte initial prévoyait 2021 ? Pour supprimer l’impôt de solidarité sur la fortune, pour instaurer le prélèvement forfaitaire unique, il ne vous a fallu que quelques mois… Pourquoi exclure 90 000 agriculteurs au prétexte qu’ils sont polypensionnés ? Vous avez beaucoup moins de scrupules avec le cumul emploi-retraite de certaines hautes fonctions. Ensuite, ce texte ne peut être un texte pour solde de tout compte car les conjoints des chefs d’exploitation, les aides familiaux sont encore oubliés.

Mais je veux finir sur une note positive : le groupe Socialistes et apparentés votera ce texte, car il représente un petit mieux – en effet, nos agriculteurs, leurs conjoints, les aides familiaux méritent mieux, beaucoup mieux. (Applaudissements sur les bancs des groupes SOC et GDR.)

Partager :
  • Twitter
  • Facebook