Communiqué de Christine PIRES BEAUNE : Réforme du système de retraite

Le Premier ministre vient de rendre public le projet de réforme du système de retraite. La « mesure phare » est l’instauration d’un âge pivot, c’est-à-dire le recul de l’âge de départ à la retraite pour tous à 64 ans dès 2027. Toute personne qui partira avant cet âge subira une décote, quel que soit son nombre d’annuités. La nouvelle décote sera calculée en prenant le plus défavorable de deux critères pour chacun, entre durée de cotisation, et l’écart vis-à-vis de cet âge d’équilibre. Ce recul de l’âge de départ en retraite, seul élément clair de son intervention, est inacceptable. Le gouvernement communique avec insistance sur une pension minimale de 1000€ pour une carrière complète en 2022. Ce montant serait obtenu avec le système actuel pour une carrière complète au SMIC en 2022 : ce n’est donc pas une amélioration du système, et c’est sans rapport avec l’application d’un système par points. Sur la valeur du point, le chef de gouvernement est resté évasif indiquant seulement qu’elle sera fixée par les partenaires sociaux et qu’elle devrait suivre l’évolution des salaires. Or à aucun moment, il ne détaille précisément le mécanisme précis permettant d’empêcher que la valeur du point ne baisse. Sur la pénibilité, aucune annonce et il n’envisage pas le retour aux dix critères fixés par la loi Touraine. Pour les femmes, la bonification des huit trimestres validés par enfant est supprimée. Enfin sur les petites retraites, seuls les futurs retraités en bénéficieront à condition d’avoir une carrière complète : le gain sera de 30 euros, loin de la hausse nécessaire pour sortir les retraités pauvres de la précarité. A l’issu, l’ensemble des syndicats se prononcent contre ce projet de réforme qui n’est soutenu que par le Medef. Ce projet est le pire pour les futurs retraités qui ait été proposé depuis bien longtemps par un gouvernement. Il est brouillon, imprécis et a pour finalités l’allongement de l’âge de départ et une régression sociale sans précédent. Pour toutes ces raisons, j’appelle à son retrait. Christine PIRES BEAUNE

Partager :
  • Twitter
  • Facebook