Communiqué du groupe socialistes et apparentés : Loi Mobilités : L’échec d’une méthode

Hier soir, députés et sénateurs ont échoué à se mettre d’accord sur le texte de la loi Mobilités. Cet échec, c’est celui de la méthode d’une majorité qui n’écoute qu’elle-même et qui balaye toutes les solutions constructives. Il manque aujourd’hui au moins 500 millions d’euros chaque année pour financer cette loi et les infrastructures de transport de notre pays. Pour cela, nous avons proposé : • De taxer l’empreinte carbone de l’avion, comme les autres modes de transport ; • D’utiliser une partie des 17 milliards d’euros de taxe carbone qui rentrent chaque année dans les caisses de l’Etat pour financer les transports du quotidien et pour aider les collectivités territoriales à développer de nouveaux services de transport ; • De lever un grand emprunt national. Toutes ces propositions ont été renvoyées à un autre texte, à un débat européen ou aux oubliettes. Deux semaines plus tard, pris de panique à la perspective de cet échec annoncé, le gouvernement a tenté d’éteindre l’incendie en proposant ce qu’il avait rejeté quelques jours plus tôt : une écotaxe sur les billets d’avion et une mesure fiscale sur les poids lourds. Trop peu, trop tard. Loin des promesses de « l’acte 2 » sur la transition écologique et le respect du Parlement, ce texte est symptomatique du décalage permanent entre les paroles et les actes de ce gouvernement.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook