Commission des finances : audition de Didier Migaud, président du Haut Conseil des finances publiques

2030973_le-projet-de-loi-de-finances-2017-web-0211338462280Mon intervention lors de l’audition de Didier Migaud, président du Haut Conseil des Finances publiques, devant la commission des finances le 28 septembre 2016 :

Mme Christine Pires Beaune. Sans polémique aucune, je voudrais revenir sur quelques chiffres. En 2008, à la veille de la crise financière mondiale, le déficit de la France était de 3 % du PIB, alors que l’Allemagne était à l’équilibre. En 2012, le déficit de la France était de 5 %, et l’Allemagne toujours à l’équilibre. En 2016, le déficit de la France aura été ramené à 3,3 %. La situation des comptes publics, nous pouvons nous accorder sur ce point, est donc bien meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2012.

Pourtant, chaque année, le Haut Conseil s’est montré très pessimiste sur les résultats prévisionnels. En 2015, le Gouvernement avait estimé la croissance à 1 %, hypothèse que vous aviez qualifiée d’« optimiste » ; finalement, nous avons atteint 1,3 %. Le Gouvernement prévoyait un déficit de 4,3 % du PIB, chiffre sur lesquels vous émettiez également des doutes ; finalement, il a été de 3,5 %.

Il serait donc bon, comme le disait Pierre-Alain Muet, de vous pencher sur les avis des années précédentes. Au vu des exercices précédents, à quoi servent vos avis, sinon à se faire peur ?

Enfin, je veux dire moi aussi que j’ai été choquée de découvrir cet avis dans la presse avant sa présentation à la commission des finances.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook