Commission des finances : examen du rapport d’information de la mission d’évaluation et de contrôle (MEC) sur la formation continue et la gestion des carrières dans la haute fonction publique

com_fi

Mme Christine Pires Beaune. Je connais peut-être mal le sujet, mais les propositions du rapport me paraissent, au contraire, plutôt ambitieuses : autant le dire tout de suite, nous ne sommes pas à la veille de la mise en place d’une « DRH de l’État » !

J’aurais aimé savoir dans quels types d’entreprises les élèves de l’ÉNA accomplissent leurs stages : vont-ils dans des PME, vont-ils en province, vont-ils dans des entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) ? Avez-vous déjà réfléchi aux suites qui pourraient être données à ce rapport ? Y a-t-il un véhicule législatif adapté, ou toutes les mesures sont-elles d’ordre réglementaire ?

[…]

M. Jean Launay, rapporteur. Sur la question des relations entre le public et le privé, on ne saurait trop souligner l’importance du croisement des cultures, ni insister trop sur la nécessité d’une plus grande mobilité, entre les ministères, entre les fonctions publiques, et au-delà. S’agissant de la qualité des fonctionnaires parlementaires, je ne peux que vous rejoindre, monsieur Terrasse ; vous avez aussi raison de dire qu’ils pourraient se voir offrir plus d’occasions de mobilité. Monsieur Goua, vous avez parlé de caste et de consanguinité. Ce sont des mots forts. C’est une impression que nous avons pu ressentir nous aussi : l’image renvoyée par Bercy, par exemple, est souvent celle d’un État dans l’État.

[…]

M. Michel Zumkeller, rapporteur. Il est très bon que des hauts fonctionnaires partent dans le privé. Toutefois, il faut prendre en compte deux limites : celle de la déontologie, car le mélange des genres peut être dangereux, et celle résultant des différences de rémunérations, si l’on veut attirer des cadres du privé.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook