Bonne et heureuse année 2016 !

En ce début d’année 2016, je veux m’adresser directement à vous toutes et à vous tous, pour vous souhaiter très sincèrement, tous mes voeux de santé et de bonheur. Puisse 2016 marquer un tournant défi nitif avec les horreurs qui ont meurtri notre pays en janvier et novembre 2015.
Nous n’oublierons jamais ces attentats sanglants qui ont endeuillé tant de familles. A travers ces attaques aveugles, c’est notre jeunesse, nos valeurs, notre mode de vie qui sont visés. Mais nous ne céderons jamais à la peur. Le terrorisme ne détruira pas notre démocratie. C’est la force d’une population unie, c’est la démocratie qui vaincront le terrorisme.

Dans cette période tristement historique, le Président de la République a dû prendre des mesures d’exception. Il a décrété l’état d’urgence et le rétablissement du contrôle aux frontières. Les députés et les sénateurs, réunis en congrès à Versailles le 16 novembre, ont fait bloc. L’Assemblée nationale
a adopté, à la quasi-unanimité une loi prolongeant pour trois mois l’état d’urgence. Personnellement, j’ai participé à l’intégralité des débats et j’ai voté cette prolongation en mon âme et conscience. A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles ; mais sans jamais oublier que ce qui nous différencie des terroristes, c’est la démocratie, le respect des Droits de l’Homme. C’est pour cela que nous avons, par voie d’amendements, adopté des procédures de contrôle régulier de l’application de l’état d’urgence, en liaison avec le Défenseur des droits.

Ces attentats n’ont pas empêché notre pays d’accueillir la COP 21, dont l’accord fi nal va dans le bon sens, même s’il fût difficile de concilier 195 pays aux préoccupations et aux intérêts souvent opposés. C’est un beau succès pour notre diplomatie et surtout pour les générations futures. C’est
aussi un acte d’espoir pour l’humanité, qui montre que le monde peut s’entendre sur l’essentiel.

Ces attentats n’ont pas non plus empêché notre démocratie de vivre : les élections régionales ont eu lieu comme prévu. Une nouvelle région puissante, Auvergne Rhône-Alpes, est née. Vous l’avez décidé : elle sera présidée par une majorité de droite. Je lui souhaite sincèrement de réussir. Je serai attentive à ce que l’Auvergne, et notamment ses territoires ruraux, ne soient pas oubliés dans ce
vaste ensemble régional.

Une nouvelle année commence. Je m’engage, comme je l’ai fait jusqu’à présent, à travailler sans relâche dans l’intérêt général de mes concitoyens et à vous rendre compte de mon mandat. Je crois que c’est en essayant d’être une élue exemplaire que je contribuerai, à mon échelle, à faire reculer le rejet du personnel politique. J’ai souhaité, à travers cette lettre, vous montrer comment une action
nationale a des retombées locales, comment la politique a des eff ets concrets sur notre vie, et que vos élus locaux comme nationaux, sont, dans leur grande majorité, actifs, dévoués et honnêtes.

Christine Pirès Beaune
Députée du Puy-de-Dôme

Partager :
  • Twitter
  • Facebook