Pourquoi je soutiens le plan présenté par le gouvernement

Après le vote à l’assemblée nationale ce soir  avec 265 voix pour et 232 contre, le programme de stabilité 2014-2017 a été accepté par la majorité.
Vous trouverez ci-dessous un communiqué relatif à ma position.

Pourquoi ce plan d’économie ?

Les déficits ne sont pas les nôtres, nous en avons hérité en 2012 après plus de 40 budgets votés chaque année en déséquilibre. Nous nous battons pour résorber ces déficits et ne pas hypothéquer l’avenir de nos enfants. Nous nous battons pour la relance de notre outil productif. Nous nous battons contre le chômage.
Les économies sont donc nécessaires et indispensables pour retrouver une pleine indépendance budgétaire et ne plus être sous la contrainte de nos prêteurs et du monde de la finance : l’Etat dépense chaque année 45 milliards d’euros pour les intérêts de la dette, soit plus que pour le budget de l’Education nationale (hors pensions).

Des efforts en faveur des plus fragiles

Faire des efforts de réduction de dépenses est indispensable, mais dans le même temps, il est nécessaire d’épargner les plus fragiles et les dernières mesures annoncées par le Premier ministre vont dans le bon sens avec :
-le maintien de la revalorisation des pensions de retraite jusqu’à 1200€ (ce sont 6,5 millions de retraités)
-le maintien de la revalorisation des minimas sociaux
-le dégel du point d’indice des fonctionnaires de catégories C et les agents de catégorie B en début de carrière plus une clause de revoyure tous les ans en fonction de la croissance
-la hausse du RSA de 10 % en 5 ans qui sera engagée dès septembre prochain
-la confirmation d’une mesure fiscale de soutien aux ménages modestes dès cette année qui sera construite avec la majorité parlementaire
-ainsi qu’une baisse des cotisations salariales dès le 1er janvier 2015 pour les salaires autour du SMIC permettant un gain de pouvoir d’achat de 500€ par an
-le plan pauvreté est confirmé et viendra en discussion dans les prochains mois pour aider les plus faibles.

D’autres mesures de justice

Sur la fraude fiscale, les demandes de la majorité ont été entendues et de nouvelles  initiatives fortes seront prises afin d’amplifier les efforts engagés depuis 2012.
Enfin, le Gouvernement a assigné une importante mission aux parlementaires : contrôler et vérifier que les aides aux entreprises soient bien utilisés pour l’investissement productif et l’emploi et non vers l’augmentation des rémunérations des dirigeants ou l’augmentation des dividendes.
Les économies sont de 50 milliards sur trois ans, dont 11 sur les dotations aux collectivités territoriales. Rapporteure de la mission « Relations avec les Collectivités Territoriales », je serai vigilante sur les mesures préservant l’investissement de nos collectivités locales mais aussi les territoires les plus fragiles qu’ils soient urbains ou ruraux.

Objectifs du Gouvernement

Le pacte de responsabilité et de solidarité, annoncé en janvier dernier, doit permettre de relancer les investissements indispensables pour faire diminuer le chômage : nous devons tout faire pour défendre l’emploi !
Dans le même temps, l’Europe doit réaliser des investissements substantiels ! lutte contre le chômage des jeunes européens, enseignement supérieur et recherche, innovation, infrastructures numériques et de transports, croissance verte, nouvelles technologies… : aucun secteur ne doit être négligé pour réussir la reconquête productive.
Dans ce contexte de crise économique, sociale mais aussi civique, j’ai décidé de voter POUR le programme de stabilité proposé par le Gouvernement VALLS. Je considère aujourd’hui qu’en aucun cas il ne s’agissait d’un vote consultatif mais bien d’un vote de confiance, d’un vote collectif qui conditionne la légitimité du Premier ministre et de son gouvernement. Il s’agit de reconquérir la confiance des français, des entreprises et la confiance ne commence pas par un vote de défiance.

Par ce vote, je ne suis ni godillot, ni boutefeu mais une parlementaire responsable qui souhaite la réussite et le redressement économique de notre pays dans la justice.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook