Communiqué de presse : Privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) : Le gouvernement a-t-il quelque chose à cacher ?

 

Pour tenter de justifier la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), dont nous avons démontré l’absurdité économique et la faute stratégique, le Ministre de l’Economie Bruno Le Maire prétend que le cahier des charges qu’il entend imposer aux futurs actionnaires permettra de disposer de garanties.

 

Nous en doutons fortement !

 

En 2015, lorsque Emmanuel Macron a vendu l’aéroport de Toulouse à des investisseurs chinois, il prétendait lui aussi disposer de garanties à travers le cahier des charges. Depuis, c’est un fiasco permanent, à tel point que le Rapporteur public de la cour d’appel de Paris recommande de déclarer nulle la privatisation pour…non-respect du fameux cahier des charges !

 

C’est pour cela que depuis septembre nous demandons à avoir accès au cahier des charges auquel devront répondre les candidats à l’achat d’ADP. Depuis plusieurs semaines Bruno Le Maire promet que nous aurons accès à ce document.

 

Et c’est alors que le débat sur la privatisation d’Aéroports de Paris avait commencé depuis plus de 5h dans l’hémicycle, que Bruno Le Maire a annoncé que le cahier des charges était consultable dans une salle annexe de l’Assemblée nationale.

 

Et encore, uniquement parce que nous nous étions émus du fait qu’un premier document transmis hier soir, ne comportait que le sommaire du futur cahier des charges…

 

Quel mépris pour le Parlement ! Pourquoi ce document n’a-t-il pas été transmis avant les débats ? Comment prendre le temps de consulter le cahier des charges alors que le texte en question est débattu au même moment dans l’hémicycle ? Le gouvernement a-t-il quelque chose à cacher ?

 

En parallèle, Valérie Rabault, présidente du groupe Socialistes & apparentés et rapporteure spéciale en charge du suivi des Participations financières de l’Etat a demandé à consulter différents documents en lien avec divers articles du projet de loi PACTE. Cette demande a été laissée sans réponse.

 

Pourtant, selon l’article 57 de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), les rapporteurs spéciaux ont accès à tous « les renseignements et documents d’ordre financier et administratif qu’ils demandent ».

 

C’est au titre de ce même article 57 de la LOLF que Madame Valérie RABAULT procèdera dans les prochains jours à une investigation sur pièce et sur place au Ministère de l’Economie et des finances, afin de disposer de l’ensemble des documents relatifs à la privatisation d’ADP.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook