Meilleurs vœux 2018

Chers concitoyennes, chers concitoyens,

 

En ce début d’année 2018, je veux vous adresser mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et d’épanouissement personnel, pour vous et pour tous ceux qui vous sont chers.

 

En 2018, nous devrons nous rassembler et combattre pour faire face aux projets qui risquent de créer encore plus de fractures sociales et territoriales. Nous devrons nous battre pour faire vivre la solidarité entre les Hommes et entre les territoires, quitte à déplaire aux partisans du « nouveau monde », qui ne nous promettent que concurrence et compétition, et, au final, une politique dure aux faibles et tendre avec les puissants.

 

Il nous faudra nous rassembler et combattre pour le maintien d’une Cour d’Appel de plein exercice à Riom, pour garantir un véritable accès aux droits pour tous nos concitoyens et lutter contre le dépeçage du territoire auvergnat au profit de Lyon.

 

Il nous faudra nous rassembler et combattre, encore et toujours, pour la réduction des inégalités. L’économiste Thomas Picketti l’a démontré : la mondialisation et ses richesses profitent avant tout aux 1 % les plus riches de la population. Les écarts de richesse s’accroissent. Au moment où certains jugent prioritaires d’encourager les forces dominantes et nous rejouent la petite musique du « ruissellement », qui voudrait que la production de richesse profite à tous, nous devons ouvrir les yeux et répéter encore et encore que le « ruissellement » n’est qu’un mythe. Les « premiers de cordée », qu’ils cachent leur argent dans les paradis fiscaux ou délocalisent les productions industrielles, n’ont aucune préoccupation pour le reste de la société à l’image d’Imperial Tobacco ex Seita. Le « nouveau monde » n’est que de la poudre de Perlimpinpin, un écran de fumée pour masquer le caractère de plus en plus inégalitaire de la société que l’on nous prépare. A ce titre, les diverses hausses (CSG, essence, gasoil, fuel, gaz, forfait hospitalier) qui vont toucher tous les Français en ce début 2018 vont gravement affecter le pouvoir d’achat et ce n’est pas une bonne nouvelle.

 

Il nous faudra rassembler et combattre enfin pour que l’Etat n’abandonne pas nos collectivités locales, essentielles à notre démocratie et au développement des territoires. Ce premier janvier marque officiellement la naissance de la métropole clermontoise et de la communauté d’agglomération riomoise. Ces nouvelles structures doivent devenir des locomotives pour les territoires qui les entourent, sans oublier aucun wagon. Pour cela, la métropole clermontoise devra recevoir, de la part de l’Etat, les mêmes aides que la métropole lyonnaise.

 

Bonne année à tous.

 

Christine PIRES BEAUNE

Partager :
  • Twitter
  • Facebook