Commission des finances : mon intervention lors de l’audition du directeur de BPI France

Mme Christine Pires Beaune. Quelles sont les entreprises qui font appel au préfinancement du CICE ? J’ai l’impression que beaucoup ignorent encore que cette possibilité leur est ouverte.

Avez-vous dressé une carte par département des interventions de la BPI, en faisant apparaître le nombre et le type d’entreprises, ainsi que le volume financier injecté ?

Vous disposez, je crois, de titres en commun avec l’APE. Y a-t-il une réflexion commune sur ce que doivent être les participations publiques ? Quels titres mériteraient selon vous d’être éventuellement cédés ?

Est-il nécessaire de passer par les régions pour obtenir le prêt « flash » de 10 000 euros ?

Avez-vous été sollicités pour intervenir outre-mer, à la suite des récents événements dramatiques ?

Je termine en disant que nous avons inauguré la semaine dernière Ecotitanium, usine qui recycle le titane. La BPI et le PIA sont intervenus pour rendre possible cette belle réussite, exemple de ce que l’on peut faire sur nos territoires.

[…]

M. le directeur général de BPI-Groupe. Avec la DGA, nous avons effectivement créé un « fonds défense », doté de 50 millions d’euros. Toutefois, ce fonds n’est pas exclusivement dédié aux start-up ; il consacrera ses investissements aux PME stratégiques, avec des tickets de 2 à 3 millions d’euros. S’il est nécessaire de faire plus, ce sont les fonds propres de BPI France qui co-investiront avec le fonds. Nous sommes évidemment très sensibles à ce secteur. Nous investissons d’ailleurs déjà dans des secteurs, tel celui des semi-conducteurs, qui sont stratégiques pour la défense.

Le préfinancement du CICE concerne beaucoup les petites entreprises, les TPE. Malheureusement, elles sont encore trop nombreuses à continuer d’ignorer l’existence de ce produit, aussi, n’hésitez pas à le faire connaître : nous procédons au préfinancement en deux ou trois jours. Le système est extrêmement simple et rapide, parfaitement informatisé.

La cartographie des interventions de Bpifrance existe, bien entendu, et nous vous la transmettrons.

Le seul titre que nous possédons en commun avec l’APE, c’est Orange, sur lequel nous avons effectivement des échanges. Pour le reste, l’APE est totalement souveraine. En revanche, lorsqu’il s’agit de vendre des éléments du portefeuille de Bpifrance, cela passe naturellement par un comité d’investissement, et nous avons alors un dialogue constructif.

Le prêt « flash » de 10 000 euros est financé par les régions, mais, pour en bénéficier, il faut s’adresser aux chargés d’affaires de la BPI, via le site internet.

BPI France dispose d’une direction régionale dans la Caraïbe ainsi qu’à La Réunion ; nous avons été très actifs, particulièrement en reportant le paiement des échéances bancaires.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook