Communiqué: Publication du décret relatif aux rythmes scolaires

Le décret relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques vient d’être publié au Journal Officiel. Il autorise les communes, sur la base du volontariat, à repasser subitement à la semaine de quatre jours.

Cette décision a pourtant été rejetée tant par le Conseil supérieur de l’éducation, qu’à l’unanimité du collège des élus du Conseil National des Normes applicables aux collectivités territoriales.

Comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, notamment au cours de la campagne des élections législatives, la priorité consiste à évaluer globalement le dispositif mis en place en 2013, avant toute adaptation précipitée.

En fonction de cette évaluation, les améliorations seront les bienvenues si elles sont dans l’intérêt de l’enfant. Sur la base de cette évaluation, soit le dispositif de la semaine de 4 jours et demi est bon pour le rythme des enfants et doit être maintenu, soit son bilan est négatif et cette réforme doit être abrogée sur l’ensemble du territoire. Il en va de l’égalité territoriale. L’unité de la République est mise en danger.

En faisant mine de laisser la liberté aux élus municipaux d’adapter les rythmes scolaires, le
Gouvernement a choisi la pire des solutions en fuyant ses responsabilités. En effet, ce sont les élus locaux qui vont devoir assumer la pagaille provoquée par cette décision tardive, à quelques semaines de la rentrée scolaire 2017-2018.  Les problèmes d’organisation pour les écoles s’ajouteront aux énormes difficultés pour assurer les transports scolaires.

Je demande donc le report de cette réforme précipitée, qui doit être précédée d’une évaluation sérieuse du dispositif, l’intérêt des enfants passant avant toute considération financières et politiques.

 

 

Contact presse : 04.73.63.55.61

Partager :
  • Twitter
  • Facebook