Commission des finances : mon intervention lors de la présentation du budget 2015

url

Mme Christine Pires Beaune. Merci de cette présentation claire, concise et lucide. Nul ne peut se satisfaire d’un déficit à 4,4 %, surtout quand il aurait dû s’élever à 3,6 % : cela prouve qu’il faut être plus prudent dans les prévisions de recettes, et c’est ce que vous faites dans ce projet de loi de finances.

S’agissant des recettes des collectivités locales, l’effort qui leur est demandé en 2015 est moindre que celui consenti par l’État. Dont acte. Mais il ne faut pas oublier que, sur les 3 % d’augmentation des dépenses locales en moyenne sur les trois dernières années, la moitié étaient dus à des décisions prises par l’État. L’effort demandé est légitime mais il faudra s’assurer que les économies portent sur le fonctionnement, et que l’investissement continue d’être soutenu : c’est l’emploi qui est en jeu.

Notre dépense publique est trop élevée, chacun en convient. Je forme le vœu que nous ayons le courage de débattre enfin d’une meilleure façon de hiérarchiser nos besoins, et donc de répartir nos dépenses publiques, sans s’accuser mutuellement de vouloir mettre à mal notre modèle social ou de tuer les collectivités.

Je ne remets pas en cause le niveau global du prélèvement sur les CCI. Mais sa répartition me semble contestable : ainsi, le prélèvement est de 18 millions pour le Puy-de-Dôme, qui a pourtant déjà rationalisé son budget et qui a épargné pour construire une école de commerce. L’appel d’offres est lancé, mais le chantier est arrêté, à cause de ce prélèvement. Il faut avoir le courage de mettre en place une péréquation entre les différentes chambres !

Pour finir, je veux relever l’engagement de travailler enfin sur une refonte globale de la DGF, sur les valeurs locatives et sur l’encadrement des normes, qui seraient une vraie source d’économies pour nos collectivités.

Partager :
  • Twitter
  • Facebook